L’herbe à chat est-elle efficace contre le cancer du rein ?

Comme son nom l’indique, l’herbe à chat est une plante herbacée spécialement cultivée pour répondre aux besoins végétaux des chats. Il s’agit généralement d’orge ou de blé. Cette plante a des propriétés digestives, car elle est plus facile à transporter. L’herbe à chat a également un effet laxatif. Laissez le chat cracher les poils qu’il a avalés pendant le toilettage.

Que procurent ses herbes sur la santé des chats ?

L’huile de cataire (Nepeta cataria) peut déclencher des états d’excitation enivrants chez les chats. Cependant, ce même composé chimique est également la matière première pour la synthèse d’une substance active prometteuse pour lutter contre le cancer du rein. Des chimistes de l’université TU de Dortmund ont réussi pour la première fois à produire synthétiquement l’englérine A, un composé antitumoral, à partir de l’huile de cataire.

L’englérine A, un composé récemment découvert dans une plante africaine, a un effet toxique sur les cellules cancéreuses du rein mais n’endommage pas les autres cellules. Par conséquent, ce composé est potentiellement adapté à la thérapie du cancer. « Nous avons découvert que l’un des ingrédients de l’herbe à chat a une structure similaire à celle de l’Englerin A », explique Mathias Christmann, de l’université TU Dortmund. Ses collègues ont alors commencé à modifier le principe actif de l’herbe à chat de manière à ce qu’il puisse finalement être converti en Englerin A. Étape par étape, ils ont modifié la structure moléculaire de l’herbe à chat en laboratoire. La synthèse totale, c’est-à-dire la production artificielle d’Englerin A à partir d’herbe à chat, a été réalisée pour la première fois au cours de l’été 2009. Ce succès est présenté comme un « point fort scientifique » dans la presse spécialisée internationale.

Comment sont-elles produites ? 

Contrairement à l’isolement à partir de plantes, de champignons ou de bactéries, la synthèse de composés naturels présente plusieurs avantages : D’une part, c’est souvent le seul moyen de mettre à disposition de grandes quantités du composé pour les tests. Deuxièmement, l’ingrédient actif peut être optimisé pour l’application spécifique. Lorsqu’ils « recréent » des substances naturelles, les chimistes peuvent se concentrer plus directement sur l’effet souhaité sur l’homme – les substances naturelles elles-mêmes ne peuvent être que partiellement modifiées dans leur structure. Christmann et son équipe souhaitent explorer, en collaboration avec des biologistes et d’autres scientifiques, la manière dont l’Englerin A synthétique peut désormais être utilisée dans la pratique thérapeutique. Mais ils se réjouissent déjà du grand succès de la synthèse totale d’une substance active contre le cancer du rein et sont d’accord : « C’est vraiment formidable pour un scientifique lorsqu’il peut contribuer à la recherche médicale et aider ainsi d’autres personnes. »

Quitter la version mobile